Conflict affected communities in Erer Ibada, Babile district, Oromia Region, receive seeds, 2020.

Éthiopie : les affrontements qui secouent le nord du pays risquent de déclencher une crise humanitaire de grande ampleur

Article 11 novembre 2020 Éthiopie

Début novembre, les tensions croissantes entre le gouvernement fédéral d'Addis-Abeba et la région du Tigré située dans le nord ont dégénéré en affrontements armés. Les télécommunications ayant été coupées, il est difficile d'évaluer pleinement les besoins humanitaires, mais les équipes du CICR basées à Addis-Abeba et à Mekele, la capitale du Tigré, suivent de près l'évolution de la situation et mobilisent le personnel et les équipements médicaux.

Les affrontements viennent s'ajouter aux épisodes de violence réguliers qui se sont produits sur tout le territoire, avec leur cortège de morts, de blessés et de personnes déplacées. Le pays reste le foyer de l'une des plus graves crises du déplacement au monde, qui contraint des centaines de milliers de personnes à fuir pour échapper à la violence et aux aléas climatiques.

Nous sommes profondément préoccupés par l'escalade militaire dans le nord du pays, qui risque de déclencher une crise humanitaire de grande ampleur, avec des personnes contraintes de fuir de chez elles et incapables de subvenir à leurs besoins essentiels. Ce scénario peut être évité si la population et les biens civils sont protégés et respectés. – Katia Sorin, cheffe de la délégation du CICR en Éthiopie

Région du Tigré et nord de l'Éthiopie

Des affrontements sont signalés le long de la frontière avec l'Amhara dans le sud-ouest du Tigré. En l'absence de télécommunications, l'incidence sur les communautés est cependant difficile à estimer. Le CICR envoie une équipe dans la région pour évaluer les besoins sur place et fournir aux structures médicales le matériel nécessaire pour soigner les blessés. Cela inclura aussi la fourniture d'articles de premiers secours à notre partenaire, la Croix-Rouge éthiopienne, qui est l'un des principaux prestataires de services ambulanciers dans la région.

En cas d'intensification des affrontements, il est essentiel que les ambulances et les équipes de la Croix-Rouge puissent accéder sans entrave aux blessés et à toutes les personnes ayant besoin d'aide. – Katia Sorin, cheffe de la délégation du CICR en Éthiopie

Violence récurrente

L'Éthiopie est l'un des pays les plus touchés au monde par les déplacements massifs mais cette crise est aussi l'une des plus méconnues. Des centaines de milliers de personnes ont été forcées de quitter leur foyer à cause des violences intercommunautaires qui secouent différentes parties du pays. La population se réfugie là où elle peut, dans les écoles ou les dispensaires, et les gens dorment à même le sol, sans matelas ni couvertures, se contentant du peu d'eau potable et de nourriture à disposition. L'accès aux soins de santé est difficile car les dispensaires sont parfois débordés ou la violence empêche d'accéder aux structures de santé et aux services ambulanciers. Pour couronner le tout, les communautés soumises aux aléas climatiques subissent une alternance d'inondations, de sécheresses et, plus récemment, d'invasions de criquets, ce qui provoque régulièrement de nouveaux déplacements et vient renforcer l'insécurité alimentaire.

L'action du CICR en Éthiopie

Le CICR est présent de longue date en Éthiopie, où il vient en aide aux communautés touchées par diverses situations de violence au Tigré, dans l'Amhara, l'Oromia, le Benishangul-Gumuz et le Somali Regional State.

Il s'emploie notamment à assurer l'accès à l'eau et à l'assainissement, à distribuer des articles ménagers et à fournir des aides en espèces. Nous nous attachons également à rétablir et protéger les moyens de subsistance en donnant des semences et des outils agricoles et en vaccinant le bétail.

En collaboration avec la Croix-Rouge éthiopienne, le CICR aide ceux qui ont été séparés par le conflit armé, une autre situation de violence ou la migration à retrouver leurs proches disparus et s'efforce, dans la mesure du possible, de regrouper physiquement les familles ou de rétablir le contact au moyen de lettres ou d'appels téléphoniques. En réponse à l'escalade militaire dans le nord de l'Éthiopie, le CICR a mis en place une permanence téléphonique pour le rétablissement des liens familiaux. Toute personne souhaitant contacter sa famille peut appeler le numéro +251943122207.

Nous visitons également les lieux de détention relevant des autorités pénitentiaires et policières au niveau fédéral et régional afin de garantir des conditions de détention et un traitement humain à tous les détenus. Nos équipes ont en outre travaillé avec 31 lieux de détention pour réduire le risque de propagation du Covid-19 par la fourniture de 89 000 pains de savon, la mise en place d'installations pour le lavage des mains et la diffusion d'informations expliquant aux détenus comment éviter de contracter le virus.

Notre plan de lutte contre le Covid-19 dans les prisons s'inscrit dans le cadre d'un effort plus vaste pour enrayer la propagation de la maladie en Éthiopie. Nous avons ainsi fourni des équipements de protection individuelle au personnel travaillant dans les 14 unités d'isolement et les quatre établissements de soins de santé primaires ainsi que du matériel de prévention et de contrôle de l'infection à 17 centres de traitement du Covid-19.