Irak : l'aide aux communautés déracinées doit être accrue

12 janvier 2015

Songul, à 70 kilomètres de Kirkuk. Le CICR y a installé des réservoirs pour que les personnes dépacées, qui ont fui les combats, aient accès à l'eau potable. « Ces personnes m'ont raconté des histoires déchirantes » a déclaré le président du CICR, Peter Maurer, après les avoir rencontrées, alors que la température était proche de 0°. / CC BY-NC-ND / CICR / S. S. Dabbakeh

 Bagdad / Erbil / Genève (CICR) – Au terme d'une visite de six jours en Irak, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a exprimé sa volonté d'augmenter l'aide aux personnes déplacées et aux communautés d'accueil.

Le président Maurer a pu voir de lui-même les difficiles conditions dans lesquelles vivent les personnes qui souffrent des combats qui se poursuivent, des déplacements prolongés, de la destruction de leurs biens et des températures hivernales. Il a rejoint les équipes du CICR qui distribuent des vivres et d'autres secours et a visité des installations servant à approvisionner des personnes déplacées en eau potable.

« Cette semaine, j'ai entendu des histoires déchirantes de familles arrachées violemment à leur lieu de vie et dont les membres sont séparés, a rapporté Peter Maurer. Les Irakiens ont fait preuve d'une solidarité sans pareille envers les hommes et les femmes de leur pays qui, par milliers, ont dû fuir devant la violence. Quand le CICR arrive sur place pour distribuer des secours aux personnes déplacées, il constate que les communautés locales les ont déjà accueillies à bras ouverts et avec beaucoup de générosité. Mais face aux souffrances énormes des personnes déplacées et aux pressions supplémentaires exercées sur les communautés d'accueil et les services, nous avons le devoir de faire en sorte que les besoins essentiels de ces personnes en nourriture, eau, soins de santé et logement soient couverts. »

Au cours de sa visite, le président du CICR a rencontré de hauts responsables, tant à Bagdad qu'à Erbil. Il s'est notamment entretenu avec le président irakien Fouad Massoum, le premier ministre Haïdar al-Abadi et le président du Parlement Salim al-Jubouri. À Erbil, il a rencontré le président de la région du Kurdistan, Massoud Barzani et son premier ministre Nechervan Barzani, le président du parlement régional, Yousif Mohammed, et d'autres hauts représentants.

Au cours de ces différents entretiens, Peter Maurer a évoqué les problèmes auxquels les humanitaires sont confrontés sur le terrain, notamment pour atteindre les personnes qui ont besoin d'aide et pour distribuer des secours et dispenser des soins de santé dans les zones touchées par la violence. « Les dirigeants que j'ai rencontrés ont pris, et j'en suis heureux, l'engagement d'épargner et de protéger les civils de la violence en veillant à ce que les forces armées et de sécurité respectent le droit international humanitaire », a ajouté le président du CICR.

Peter Maurer a rejoint une équipe du CICR qui effectuait une visite de prison à Bagdad. « Les personnes détenues en lien avec le conflit armé doivent être traitées avec dignité et respect, a-t-il ajouté. Le CICR s'efforce d'augmenter le nombre de ses visites de prisons pour s'assurer que les conditions de détention sont bien conformes aux normes internationales et que les détenus peuvent garder le contact avec leur famille. »

L'opération du CICR en Irak occupe le quatrième rang des opérations que mène le CICR dans le monde et le budget qui lui est alloué pour 2015 est de 76 millions de francs suisses, soit 78 millions de dollars. Un tiers du budget mondial du CICR va à ses opérations au Moyen-Orient.

Informations complémentaires :

Saleh Dabbakeh, CICR Bagdad, tél. : +964 790 191 6927
Sitara Jabeen, , CIRC Genève, tél. : +41 22 730 24 78 ou +41 79 536 92 31