La crise en Ukraine : après une année de conflit, les besoins urgents sont nombreux

14 avril 2015
La crise en Ukraine : après une année de conflit, les besoins urgents sont nombreux

Genève / Kiev / Moscou – Au vu de la gravité de la situation humanitaire dans l'est de l'Ukraine après une année de conflits intenses, le Comité international de la Croix-Rouge CICR a décidé de lancer un appel en vue de recueillir des fonds supplémentaires.

Le cessez-le-feu fragile conclu en février a permis aux équipes du CICR de mieux évaluer la situation dans la région touchée par le conflit. Elles ont constaté que les besoins de la population déplacée, des personnes blessées, des détenus et de tous ceux qui s'efforcent de reconstruire leur vie, sont immenses.

Le CICR demande à ses donateurs de lui apporter 32 millions de francs suisses supplémentaires (l'équivalent de 34 millions de dollars). Ces fonds seront utilisés pour renforcer l'assistance à ceux que le conflit a privés d'un toit, soutenir les services de santé de base et aider à identifier les corps des personnes décédées. Ils serviront aussi à sensibiliser la population au danger que représentent les munitions non explosées et à soutenir les secours mobilisés pour éliminer ce danger.

« Bien que les combats soient moins intenses, ils font encore des blessés presque tous les jours et les conditions de vie sont très dures pour les civils qui se trouvent à proximité des lignes de front et pour toutes les personnes déplacées de la région, a expliqué Laurent Corbaz, chef des opérations du CICR en Europe et Asie centrale. Nous devons aider les gens à faire face aux affrontements qui se poursuivent et aux conséquences d'une année de conflit qui a été terrible. »

Les fonds supplémentaires vont porter le budget 2015 pour l'Ukraine et la délégation régionale de Moscou à plus de 80 millions de francs suisses (84,5 millions de dollars américains). Les opérations engagées par le CICR pour faire face à la crise vont ainsi se situer parmi les cinq opérations les plus importantes conduites par l'institution.

D'après les Nations Unies, le conflit dans l'est de l'Ukraine aurait tué 6 000 personnes au moins et la moitié de la population de la région, soit 2 millions de personnes environ, serait déplacée. Pendant les combats, les civils vivant à proximité des lignes de feu ont dû subir d'importants tirs de roquettes et d'obus d'artillerie. Des hôpitaux, des écoles, des infrastructures d'approvisionnement en eau et en électricité et d'autres installations essentielles ont été gravement endommagés.

La situation est aggravée par la relative pauvreté de la région, le manque de ressources dans les zones contrôlées par l'opposition et la paralysie de l'économie. Les gens ont aussi du mal à accéder à leurs pensions et leur épargne du fait des nouvelles procédures concernant les voyages. Sans travail et sans revenus, des familles entières survivent grâce à l'aide distribuée par le CICR et ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

En 2015, le CICR a acheminé plus de 3 000 tonnes de secours vers les zones contrôlées par l'opposition dans les régions de Lugansk et de Donetsk. Plus de 156 000 personnes ont reçu une assistance alimentaire, et d'autres articles essentiels ont été distribués à plus de 167 000 personnes de part et d'autre de la ligne de front.

Le CICR et les équipes Croix-Rouge locales ont distribué 1 200 tonnes d'aide aux personnes qui ont fui les hostilités en Ukraine et ont trouvé refuge dans le sud de la Russie et la Crimée.

L'action que mène le CICR en faveur des personnes privées de liberté est aussi au cœur de son mandat. Depuis septembre 2014, les délégués du CICR effectuent des visites des lieux de détention gérés par le gouvernement et en 2015, ils ont approvisionné en nourriture et en articles d'hygiène quelque 16 000 détenus dans les zones sous contrôle de l'opposition. Le CICR poursuit les discussions qu'il a engagées avec les autorités ukrainiennes et l'opposition pour obtenir des autorisations officielles de visite des détenus. Il a également proposé ses bons offices pour faciliter la libération simultanée de personnes détenues par les deux parties.

Rendez-vous sur notre page Ukraine pour connaître les dernières activités du CICR en Ukraine.

Informations complémentaires :
Anastasia Isyuk, CICR Genève, tél. : +41 22 730 30 23 ou +41 79 251 93 02
Ashot Astabatsyan, CICR Kiev, tél. : +380 67 509 42 06
Victoria Zotikova, CICR Moscou, tél. : +7 903 545 35 34

S'inscrire à la newsletter