Mossoul : malgré la fin des combats, les besoins humanitaires demeurent colossaux

12 juillet 2017
Mossoul : malgré la fin des combats, les besoins humanitaires demeurent colossaux
CC BY-NC-ND / CICR / André Liohn

Après dix mois de combats, les armes se sont enfin tues à Mossoul. Le 10 juillet, le premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé la reprise de la deuxième ville du pays et la fin de l’opération militaire lancée en octobre dernier.

Malgré la fin des combats, les besoins humanitaires demeurent colossaux tant pour les personnes qui n’avaient pu fuir la ville que pour celles déplacées depuis des mois en périphérie, et estimées à 800 000.

Le retour prochain dans leurs quartiers ne manquera pas de poser de nouveaux défis. Les violents combats ont détruit tout ou partie de milliers d’habitations sans parler des routes, des stations d’approvisionnement en eau, des centrales électriques, des hôpitaux, des écoles… Bref, les habitants de Mossoul s’apprêtent à investir une ville entièrement à reconstruire.

CC BY-NC-ND / CICR/ André Liohn

Préoccupation majeure : l’accès à l’eau potable. Le CICR a remis en état huit stations de surpression dans la partie est de Mossoul. Celles-ci assurent l’approvisionnement en eau potable de près de 600 000 personnes. Cinq autres projets similaires sont en cours de réalisation dans la partie ouest de la ville.

SOUTENEZ NOTRE ACTION À MOSSOUL

Une équipe chirurgicale mobile apporte, quant à elle, son soutien à l’hôpital général de Mossoul, où 650 patients ont déjà été pris en charge. Selon elle, de plus en plus de blessés ont été victimes de munitions non explosées et autres débris de guerre.

« Plus de 90 % des cas que nous traitons sont des blessures dues à des armes ou engins de guerre – armes à feu, éclats d’obus », commente Julia Schurch, médecin du CICR en poste dans un hôpital situé à environ un kilomètre de l’ancienne ligne de front. « Ici, la prise en charge des blessés va des lésions superficielles aux cas très lourds, où le pronostic vital est engagé ».

CC BY-NC-ND / CICR / Ibrahim Sherkhan

De son côté, le directeur régional du CICR pour le Proche et le Moyen-Orient a confirmé dans un tweet que « la plupart des blessés sont jeunes et qu’ils porteront toute leur vie la marque de leurs blessures ».

 SOUTENEZ NOTRE ACTION

Bien que la bataille de Mossoul soit enfin terminée, des centaines de milliers d'habitants continuent à subir les conséquences des combats. À ce jour, nous avons fourni à plus d'un million de personnes des articles essentiels de survie, de l'eau potable et des médicaments. Mais nous devons faire plus. Aidez-nous à poursuivre notre action.