Nigéria : le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge déplore la mort de nombreux civils et de six membres de la Croix-Rouge locale

18 janvier 2017
Nigéria : le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge déplore la mort de nombreux civils et de six membres de la Croix-Rouge locale
Après les frappes aériennes à Rann, au Nigéria. Photo : EPA / MSF

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge est consterné par la mort de civils et de six travailleurs humanitaires au service de la Croix-Rouge du Nigéria, tués mardi lors de frappes aériennes sur la ville de Rann, à proximité de la frontière avec le Cameroun.

« Nous sommes profondément attristés par la perte de nos six collègues et très choqués qu'un incident d'une telle ampleur se soit produit dans une zone civile », déclare Elder Bolaji Akpan Anani, président de la Croix-Rouge du Nigéria. « Alors que nos pensées et nos prières vont vers les familles en deuil et vers les blessés, nous ne nous laissons pas décourager et notre engagement en faveur de ceux qui ont besoin d'aide demeure intact. »

Les six membres de la Croix-Rouge qui ont trouvé la mort se trouvaient à Rann dans le cadre d'une opération humanitaire de distribution de vivres destinés à plus de 25 000 personnes déplacées.

Quelques heures après les frappes aériennes, deux équipes chirurgicales du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) se sont déployées, l'une à Rann directement et l'autre à Maiduguri, s'apprêtant à aider le ministère de la Santé à prendre en charge les blessés. Mardi, l'équipe stationnée à Rann a procédé au triage d'une centaine de personnes blessées. Neuf d'entre elles, qui étaient dans un état grave, ont été évacuées par hélicoptère vers Maiduguri. Des quelque 90 autres survivants qui se trouvent encore à Rann, 46 sont grièvement blessés et doivent être évacués eux aussi de toute urgence. Ils sont actuellement pris en charge dans un dispensaire de fortune aménagé à l'air libre, dans des conditions très précaires.

« Nous sommes intervenus à Rann peu de temps après l'incident. Les conditions de suivi post-opératoire ne sont de loin pas adéquates ; les patients doivent par conséquent tous être évacués vers Maiduguri le plus rapidement possible », explique Laurent Singa, chirurgien du CICR déployé à Rann.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge adresse ses sincères condoléances aux familles des personnes qui ont perdu la vie dans cette attaque, au nombre desquelles figurent trois employés d'une entreprise engagée par Médecins sans frontières.

« Il est inacceptable qu'autant de civils aient été tués ou blessés. Toutes les mesures doivent être prises pour qu'un incident tragique comme celui-ci ne se reproduise plus jamais. Nous sommes toujours aussi déterminés à venir en aide aux personnes touchées par le conflit qui fait rage dans le nord-est du Nigéria », affirme Eloi Fillion, chef de la délégation du CICR au Nigéria.

Le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge rappelle à tous les acteurs que les travailleurs humanitaires doivent pouvoir accomplir leur mission en toute sécurité et fournir une assistance vitale là où elle est nécessaire, sans craindre pour leur vie. Les parties au conflit sont tenues de respecter les obligations qui leur incombent au titre du droit international humanitaire de protéger les civils contre les effets des hostilités.

Informations complémentaires :
Nwakpa O. Nwakpa, Croix-Rouge du Nigéria, tél. : +234 803 473 62 00 (nwakpaon@redcrossnigeria.org)
Aleksandra Matijevic Mosimann, CICR Abuja, tél. : +234 706 418 90 02 ou +234 703 595 41 68
Jason Straziuso, CICR Nairobi, tél. : +254 733 622 026
Elodie Schindler, CICR Genève, tél. : +41 22 730 21 86 ou +41 79 217 32 17
Benoit Matsha-Carpentier, Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève, tél. : +41 22 730 46 96 ou +41 79 213 2413

S'inscrire à la newsletter