Pour les familles séparées depuis plusieurs années, c’est un grand soulagement d’avoir des nouvelles de ses proches et de pouvoir échanger des photos. Crédit : Wassy KAMBALE /CICR

RDCongo - Rwanda : 25 ans après le génocide, Zawadi retrouve ses parents

Zawadi* est encore enfant quand elle fuit le génocide rwandais en 1994, perdant la trace de ses parents. Après 25 années sans nouvelles, elle vient de les retrouver grâce aux messages électroniques du CICR. L’espoir renait enfin.
Article 24 décembre 2019 République démocratique du Congo Rwanda
 

Une lettre serrée contre la poitrine, Zawadi ne peut contenir ses larmes. Elle tient fort ce bout de papier qui affiche la photo de ses parents. « Ils ont vraiment vieilli, mais les voir en vie m'apporte beaucoup de joie. Je les croyais morts », avoue-t-elle.

Zawadi, âgée de huit ans, échoue dans un camp de réfugiés dans la province du Nord-Kivu en République démocratique du Congo (RDC). Mais son quotidien, rythmé par les épidémies et les massacres, la pousse à vouloir s'enfuir de nouveau.

Une femme la cache alors discrètement dans un sac et l'emmène dans son village, près de la ville de Goma. Zawadi grandit sur les collines du territoire de Masisi, fonde sa propre famille avec son mari et leurs huit enfants. Malheureusement, son mari tombe malade et décède. Zawadi est seule. « Le seul parent que j'avais jusque-là était la femme qui m'avait sortie du camp de réfugiés et qui m'a élevée », se souvient-elle.

A 33 ans, sa vie prend un nouveau tournant lorsqu'elle rencontre par hasard des volontaires de la Croix-Rouge de la RDC qui passent par son village. Munis de tablettes électroniques, ces derniers proposent de l'aide aux personnes qui, comme Zawadi, cherchent à obtenir des nouvelles de leurs proches disparus.

J'ai partagé mon histoire avec eux et deux semaines plus tard, ils frappaient une seconde fois à ma porte.

Les volontaires ont localisé ses parents au Rwanda. Elle reçoit un message écrit accompagné d'une photo : plus de doutes, les parents de Zawadi sont en vie.

« Mes enfants peuvent finalement voir leurs grands-parents », s'émeut-elle.

« C'est incroyable de voir que même après plus de 20 ans, dans une zone de conflit, les familles gardent espoir de retrouver leurs proches, et que quelque chose d'aussi simple comme un message, une photo ou un appel téléphonique peut changer leur vie », déclare Sonia Maria Komenda, responsable du programme de rétablissement des liens familiaux du CICR au Nord-Kivu.

Jusque-là, c'est par des messages écrits sur papier que les membres de familles séparés communiquaient entre eux. L'envoi de ces documents appelés « messages Croix-Rouge », ralentis par une longue chaine de transmission dans des régions difficiles d'accès, prenait parfois jusqu'à six mois avant d'arriver à destination. Désormais, grâce aux tablettes numériques, quelques jours suffisent pour rétablir le contact.

C'est en novembre dernier que le CICR, en collaboration avec les Croix-Rouge de la RDC et du Rwanda, a commencé à utiliser cette technologie.

En 2019, plus de 2000 messages Croix-Rouge électroniques ont ainsi été collectés et distribués.


 

*Le prénom a été modifié