Syrie : les pourparlers de Vienne doivent porter sur le respect du droit international humanitaire

13 novembre 2015

Genève (CICR) – Au moment où les grandes puissances se réunissent à Vienne pour essayer, par de nouveaux pourparlers, de mettre fin au conflit en Syrie, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a exhorté les États à intensifier leurs efforts pour mieux respecter le droit international humanitaire et alléger ainsi les souffrances du peuple syrien.

« Nous accueillons ces pourparlers comme un pas positif dans la bonne direction. Nous demandons instamment à ceux qui y prennent part de redoubler d’efforts et de faire des progrès réels pour mettre fin à l’horreur qui s’est emparée de la Syrie depuis près de cinq ans », a dit le président du CICR, Peter Maurer. « Ils sont déjà trop nombreux à avoir dû fuir leurs foyers et se lancer dans un parcours désespéré à la recherche d’un asile sûr. La souffrance du peuple syrien doit être au cœur de ces pourparlers. »

L’accès des organisations humanitaires telles que le CICR aux populations qui ont cruellement besoin d’aide reste extrêmement complexe. Des structures médicales et des personnels soignants continuent d’être pris pour cibles en violation de leur statut protégé, en Syrie comme dans beaucoup d’autres conflits au monde.

« On ne fera pas cesser ce conflit du jour au lendemain. Mais puisqu’elles travaillent dans ce but, les parties doivent prendre des mesures pour respecter les principes fondamentaux d’humanité et le droit de la guerre. Le fait d’assurer l’accès aux missions médicales et humanitaires et d’arrêter d’utiliser des armes lourdes et explosives dans les zones peuplées contribuerait à réduire les souffrances de ceux qui sont pris au piège de ce conflit. Des mesures pratiques et concrètes comme celles-là peuvent préparer la voie à une solution politique », a ajouté M. Maurer.

Dans un avertissement conjoint sans précédent lancé fin octobre, le Président du CICR et le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, ont appelé les États, à titre individuel et collectif, à renforcer leur action pour respecter et faire respecter le droit international humanitaire.

Cette branche du droit, dont le CICR est le principal gardien, vise à réduire les souffrances des civils pris dans un conflit. Elle met en avant des principes tels que l’interdiction des attaques aveugles dirigées contre les populations, la proportionnalité de l’action militaire et le devoir des combattants de prendre des précautions pour protéger la vie des civils.

Informations complémentaires :
Ewan Watson, CICR Genève, tél : +41 22 73033 45 ou + 41 79 244 64 70
Dibeh Fakhr, CICR Genève, tél : +41 22 730 37 23 ou +41 79 447 37 26