Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Lituanie : détruire les mines pour sauver des vies et éviter des mutilations

07-06-2004 Communiqué de presse

Budapest (CICR) – Aujourd’hui, 340 mines antipersonnel ont été détruites quand le ministre lituanien des Affaires étrangères, Antanas Valionis, a appuyé sur un bouton lors d’une cérémonie tenue au champ de tir militaire de Pabradë, en Lituanie.

Jacques Forster, vice-président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui assistait à la cérémonie, a félicité la Lituanie pour les progrès qu’elle avait accomplis dans le respect des obligations imposées par la Convention sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction (appelée aussi Convention d’Ottawa), entrée en vigueur en Lituanie le 1er novembre 2003. Jusqu’à présent, la Lituanie a détruit plus de 4 000 mines stockées.

« En détruisant ces mines antipersonnel, la Lituanie fait en sorte qu’aucune de ces armes odieuses ne soit jamais déposée sur le sol pour mutiler ou tuer de façon aveugle et pour infliger d’épouvantables souffrances, a déclaré M. Forster. Détruire ces mines, c’est sauver des vies et éviter des mutilations. »

La cérémonie a marqué le début d’un séminaire de deux jours, tenu à Vilnius, la capitale lituanienne, sur le thème de la mise en œuvre de la Convention d’Ottawa dans le nord et l’est de l’Europe. Le séminaire est organisé par le gouvernement lituanien avec le soutien de l’Allemagne, du Canada et des Pays-Bas.

Le séminaire réunit de hauts fonctionnaires de la région ainsi que des représentants d’organisations intergouvernementales de première importance (ONU, OSCE, OTAN, UE), du CICR et de la Campagne internationale pour l’interdiction des mines terrestres, afin qu’ils confrontent les expériences acquises dans le cadre de la mise en œuvre du traité. Il a notamment pour objectif d’inciter les États voisins à adhérer au traité au cours de la période précédant la premièr e Conférence d’examen de la Convention d’Ottawa, qui se tiendra à Nairobi à la fin de l’année.

Suite à l’adhésion de l’Estonie, le 12 mai 2004, seuls cinq pays de la région ne sont pas encore parties au traité : la Fédération de Russie, la Finlande, la Lettonie, la Pologne et l’Ukraine.

La Convention d’Ottawa s’inscrit dans le cadre de l’action menée par la communauté internationale pour mettre un terme aux immenses souffrances dont les mines antipersonnel sont la cause. Plus de 140 États sont déjà liés par la Convention, qui est entrée en vigueur il y a cinq ans.

Le CICR encourage tous les États parties à la Convention à assurer une mise en œuvre la plus complète possible du traité avant la Conférence d’examen, notamment en ce qui concerne la destruction de tous les stocks de mines et l’adoption d’une législation nationale.

  Discours liminaire de M. Jacques Forster, Vice-Président du CICR au séminaire de Vilnius

  Informations complémentaires :  

  Patrick Zahnd, CICR Budapest, tél. : +36 20 919 52 44  

  Robert M. Young, conseiller juridique, CICR Budapest, tél. : +36 20 249 99 80