Soudan du Sud : menaces et pillage contraignent le CICR à se retirer du comté de Leer

05 octobre 2015
Soudan du Sud : menaces et pillage contraignent le CICR à se retirer du comté de Leer
Une photo d'archive (mai 2015) montre une base du CICR, pillée à Leer, Soudan du Sud. Les 2 et 3 octobre 2015, un complexe humanitaire de la même ville a été de nouveau pillé, et des menaces ont été proférées à l’encontre du personnel du CICR, forçant l'institution à se retirer de comté de Leer. CC BY-NC-ND / CICR / Pawel Krzysiek

Juba/Genève (CICR) - Le Comité international de la Croix-Rouge a été contraint de retirer tout son personnel d'un complexe humanitaire du comté de Leer, État de l'Unité, après que le complexe ait été pillé et que ses travailleurs humanitaires aient été menacés.

Des dizaines d'hommes armés bien organisés ont pénétré l'enceinte durant le week-end, et ont volé du matériel, des fournitures médicales et de l'argent. Deux véhicules du CICR ont également disparu. Le personnel, dont dix employés du CICR, ont été menacés. L'incident s'est produit alors que des combats intenses se déroulaient entre les groupes armés.

« Notre personnel tente d'apporter assistance aux personnes qui en ont désespérément besoin. Nous sommes aujourd'hui principalement préoccupés par la situation de la population vulnérable qui n'a pas accès à l'aide humanitaire et qui risque d'être prise dans les combats », déclare Jürg Eglin, chef de la délégation du CICR au Soudan du Sud.

« Ces incidents perpétrés à l'encontre d'organisations humanitaires sont inacceptables. Ils entravent les efforts que nous accomplissons pour venir en aide aux personnes démunies. Nous sommes en contact avec toutes les autorités civiles et militaires compétentes des deux camps pour tenter de savoir exactement ce qui s'est produit et pourquoi », précise M. Eglin.

En mai 2015, le CICR a dû évacuer son ancienne base à Leer en raison de la détérioration des conditions de sécurité, et n'a pas pu s'y réinstaller avant septembre. Une distribution de vivres était prévue pour octobre, mais la reprise des hostilités a empêché le CICR de mener ses activités. L'institution ne reprendra pas ses opérations dans le comté de Leer tant que les conditions de sécurité ne s'amélioreront pas et que des assurances ne seront pas données par toutes les parties concernées.

Le CICR rappelle fermement à toutes les parties qu'elles doivent respecter la population civile et les biens de caractère civil. En vertu du droit international humanitaire, les civils et les blessés doivent être épargnés, et le personnel de santé, les structures médicales et les organisations humanitaires doivent être autorisés à faire leur travail en toute sécurité.

Informations complémentaires :
Yamila Castro, CICR Juba, tél. : +211 923 158 196 / +211 912 360 038
Elodie Schindler, CICR Genève, tél. : +41 792 173 251 / +41 227 302 186