Ebola : victimes, stigmatisation et peur

La lutte se poursuit

L'épidémie d'Ebola a éclaté en Afrique de l'Ouest à la fin de l'année 2013. Depuis, la maladie a tué des milliers de personnes et a laissé des stigmates dans plusieurs pays et de nombreuses communautés. Des familles ont été décimées. Les survivants se battent pour retrouver une vie normale et une place dans la société. À certains endroits, des personnes continuent de refuser d'appliquer des mesures qui pourraient empêcher la propagation de la maladie, notamment parce qu'elles se raccrochent à des pratiques funéraires traditionnelles. Les idées reçues et les craintes sont encore très répandues, mettant parfois les bénévoles et membres du personnel de la Croix-Rouge en danger.

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et ses partenaires du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (le Mouvement) appellent à redoubler d'efforts pour combattre Ebola. Nous voulons que ceux qui se battent sans relâche pour la sécurité de leurs communautés soient respectés et soutenus. Le CICR, la Fédération internationale et les Sociétés nationales aident les survivants d'Ebola à réintégrer la société en sensibilisant les communautés au problème de stigmatisation qui touchent ces survivants et en les encourageant à traiter ces derniers avec respect et dignité.

Le CICR et le Mouvement continueront de faire tout leur possible pour combattre la maladie, notamment en remettant sur pied les communautés, en fournissant une aide financière aux survivants et aux familles des victimes, et en nettoyant et en modernisant les installations sanitaires et les systèmes de distribution d'eau, ce qui profitera à l'ensemble de la population.

De la prévention à la riposte

Le CICR a principalement orienté son action sur l'appui apporté aux Sociétés nationales de la Croix-Rouge dans les pays touchés pour aider les malades, tout en œuvrant pour la protection des bénévoles et des membres du personnel. Nous avons été particulièrement actifs au Libéria et en Guinée, où nous sommes présents depuis plusieurs dizaines d'années, mais nous avons également soutenu les programmes du Mouvement dans d'autres pays de la région, tels que le Sénégal, la Côte d'Ivoire et le Mali.

1 543
survivants d'ébola et proches des victimes ont reçu une aide financière
75 000
patients non infectés par l'ébola ont pu obtenir des soins, grâce au soutien apporté aux structures de santé et à la formation du personnel
249
volontaires de la Croix-Rouge guinéenne ont appris à faire face aux problèmes de sécurité liés aux malentendus et aux peurs générés par l'ébola
Claire Aude Kaplun

Mise à jour, 9 mai 2015

Après avoir lutté plus d'une année contre la pire épidémie d'Ebola de son histoire, le Liberia a depuis peu été déclaré zone exempte du virus. Même si la vigilance reste de mise, le pays peut aujourd'hui se consacrer à aider ses communautés à se reconstruire pour envisager un avenir meilleur.

Au Libéria, notre action pendant l'épidémie a principalement consisté à faire en sorte que la population puisse continuer d'avoir accès à des soins de santé en cas de maladie ou de problème sans lien avec Ebola. Nous avons amélioré des installations sanitaires, formé du personnel médical, fourni à des malades et à des survivants d'Ebola de la nourriture et une aide financière, lutté contre la propagation d'Ebola dans les lieux de détention, nettoyé les zones touchées et contribué au traitement sûr des eaux contaminées.

Activités du CICR au Libéria :

  • Apport d'une aide financière à 1 543 personnes, parmi lesquelles des survivants d'Ebola à Monrovia et des membres de familles de victimes d'Ebola dont les corps ont été pris en charge par les équipes funéraires de la Croix-Rouge du Libéria, dans le comté de Montserrado.
  • Distribution de 7 396 repas à 831 patients dans deux centres de traitement et une zone de triage des malades d'Ebola à Monrovia.
  • Nettoyage de zones contaminées par Ebola au Redemption Hospital de Monrovia, ce qui a permis la réouverture de l'hôpital et la reprise des services pour plus de 150 000 patients.
  • Aide apportée aux autorités pour le traitement de déchets potentiellement contaminés par Ebola.
  • Sensibilisation et promotion de mesures préventives auprès de 1 600 détenus et membres du personnel dans 16 établissements pénitentiaires.
  • Assurance de la poursuite des soins de santé pour les détenus.
  • Distribution de rations supplémentaires de nourriture pour tous les détenus des prisons du Libéria.
  • Amélioration de trois installations sanitaires situées à Monrovia et appui au personnel : nous avons formé le personnel à la prévention et à la lutte contre l'infection, fourni du matériel de protection, et construit ou reconstruit les infrastructures de distribution et d'évacuation de l'eau. Grâce à cela, 75 000 patients non contaminés par Ebola ont pu avoir accès aux services de soins, notamment des soins curatifs (9 034 patients), des consultations prénatales (3 391 femmes) et des accouchements (282 depuis novembre 2014).

En Guinée, le CICR a fourni à la Société nationale de la Croix-Rouge un appui sous forme de matériel et de formations. Nous avons également contribué à limiter la propagation de la maladie en faisant de la sensibilisation, en encourageant les mesures préventives et en distribuant des articles d'hygiène. Grâce au travail réalisé dans les prisons, aucun cas d'Ebola dans un établissement pénitentiaire n'a été signalé à ce jour.

Activités du CICR en Guinée :

  • Aide apportée aux autorités pour empêcher la propagation d'Ebola dans les prisons grâce à la fourniture de thermomètres, d'eau de Javel et de savon, ainsi que d'une aide financière pour l'embauche de personnel médical dans les prisons des zones touchées par l'épidémie.
  • Assurance de l'accès à de l'eau propre et à des soins de santé appropriés pour les détenus, et sensibilisation à l'importance de se laver les mains régulièrement pour l'ensemble de la population carcérale (détenus et personnel).
  • Formation de 288 bénévoles de la Croix-Rouge à la prévention de la maladie, à la désinfection des maisons et à la prise en charge sûre et digne des corps.
  • Formation de 249 bénévoles et chefs d'équipe de la Croix-Rouge à la gestion des problèmes de sécurité liés aux idées reçues et aux craintes concernant Ebola. Cette formation leur a permis de renforcer leur sécurité lors du contact avec des malades d'Ebola.
  • Aide apportée à la Société nationale de la Croix-Rouge de Guinée pour la lutte contre Ebola, notamment par des formations sur les mesures préventives et par la fourniture, entre autres, de vêtements de protection, de sacs funéraires, de véhicules et de matériel informatique.
  • Collaboration avec la Société nationale pour la sensibilisation aux mesures préventives et la promotion du respect vis-à-vis du personnel de la Croix-Rouge participant à la lutte contre Ebola. L'action a notamment consisté à créer des spots radio qui ont été diffusés environ 5 000 fois sur 20 stations de radio.

S'inscrire à la newsletter