Page archivée: peut contenir des informations obsolètes
  • Envoyer
  • Imprimer

Débat sur « Soins de santé et violence : La nécessité d’une protection efficace » à la 69e session de l’Assemblée générale des Nations Unies

22-09-2014 Événement

Les attaques contre le personnel de santé et leurs patients sont fréquentes dans les conflits modernes bien qu’expressément interdites par les Conventions de Genève de 1949. Face à ce problème, les États jouent un rôle clé, mais il est capital que ce rôle soit renforcé. Un groupe de haut niveau – CICR, représentants d’États, organisations internationales et communauté humanitaire – examinera les raisons pour lesquelles la violence contre les soins de santé est si répandue et discutera des mesures concrètes que les États peuvent prendre pour protéger la fourniture de soins de santé efficaces et dispensés en toute impartialité.

Information

Où : New York

Quand : 25.09.2014

La protection des blessés et des malades, et de ceux qui leur portent secours lors des conflits a fait l'objet de la première Convention de Genève, il y a 150 ans. Ces dispositions particulières relevant du droit international humanitaire ont été incorporées dans les quatre Conventions de Genève de 1949 et leurs deux Protocoles additionnels de 1977 ; et pourtant, les violences dirigées contre le personnel et les structures de santé, les véhicules médicaux, ou entravant l’accès aux soins de santé, sont acceptées comme étant un effet secondaire inévitable du conflit, voire même comme faisant partie d'une stratégie délibérée.

Co-présidé par le président du CICR et la directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé, et animé par la Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, ce débat de haut niveau qui regroupe des représentants d’États, des organisations internationales et la communauté humanitaire étudiera quelles mesures concrètes les États peuvent prendre pour instaurer un cadre protecteur complet permettant d’accéder à des soins de santé dispensés en toute sécurité et de renforcer la capacité des systèmes de santé à faire face aux crises.

Présidence

  • M. Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR)
  • Docteur Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Observations liminaires

  • M. Jan Eliasson, secrétaire général adjoint des Nations Unies

Modératrice

  • Mme Valerie Amos, secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et coordonnatrice des secours d'urgence

Membres du groupe

  • M . Børge Brende, ministre des Affaires étrangères, Norvège
  • M. Carl Bildt, ministre des Affaires étrangères, Suède
  • Professeur Thérèse Aya N’dri-Yoman, ancienne ministre de la Santé et chargée de la prévention du VIH, Côte d'Ivoire
  • Docteur Margaret Chan, directrice générale de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).
  • M. Peter Maurer, président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR)

Vous pouvez suivre l’événement en ligne : http://webtv.un.org/

Informations complémentaires

Irène Raciti, coordonnatrice de la Campagne « Une question de vie ou de mort », tél. : +41 22 730 3080

Pour les demandes des médias

Anastasia Isyuk, chargée de relations publiques pour « Les soins de santé en danger », CICR Genève, tél. : +41 22 730 3023 ou : +41 79 251 9302

Anna Nelson, porte-parole de la délégation du CICR à Washington, tél. : +1 202 587 4604 ou +1 202 361 1566

Informations complémentaires sur le projet « Les soins de santé en danger »