Page archivée: peut contenir des informations obsolètes

Ukraine : détresse des habitants de Lougansk

23-08-2014 Communiqué de presse

Genève/Kiev/Moscou (CICR) – Les collaborateurs du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) font état de bombardements intermittents des quartiers résidentiels de Lougansk, ce qui met en danger la vie des civils, y compris des travailleurs humanitaires.

« À Lougansk, les lignes téléphoniques et autres moyens de communication ne fonctionnent pas », déclare Laurent Corbaz, chef des opérations du CICR pour l'Europe et l'Asie centrale. « Nous avons donc du mal à obtenir des informations de notre équipe qui s’y trouve depuis plusieurs jours. Il est évident que la population a besoin d'aide. Les réserves de vivres et de médicaments s’épuisent, et l'accès à de l'eau potable est très difficile. Il est urgent d'améliorer la situation. »

Dans la mesure où les conditions de sécurité le permettent, le CICR s'efforce d'évaluer les besoins et fait tout son possible pour intensifier ses opérations à Lougansk et dans d’autres parties de l'est de l'Ukraine. De nombreuses personnes sont sans nouvelles de leurs proches depuis des semaines, le CICR cherche donc, également à titre prioritaire, à rétablir les contacts entre eux.

L'institution poursuit ses discussions avec les représentants de la République populaire autoproclamée de Lougansk sur l’acheminement rapide de l’aide donnée par les autorités ukrainiennes aux plus démunis à Lougansk et aux alentours. Cela n'est possible que si les parties au conflit respectent les assurances d’un passage en toute sécurité.

Le 22 août, les autorités locales ont commencé à distribuer l'aide reçue de la Russie. En dépit des discussions continues menées avec toutes les parties, le CICR n'a pas réussi à obtenir de garanties suffisantes permettant un passage de l’aide en toute sécurité, et n’a donc pas été en mesure d’escorter le convoi qui acheminait l'aide. L'institution offre son expertise opérationnelle pour aider les autorités locales à élaborer des plans de distribution.

Les parties au conflit doivent veiller à ce que cette aide parvienne à ceux qui ont le plus besoin, de manière impartiale. Dans le même temps, la violence armée qui sévit dans la ville est très préoccupante quant à la capacité des habitants à se rassembler en toute sécurité aux points de distribution.

Le CICR demande instamment à toutes les parties de s'abstenir d'utiliser des armes indiscriminées de par leur nature, c'est à dire celles dont l'utilisation ne permet pas de faire la distinction entre civils et biens de caractère civil, d'une part, et objectifs militaires d'autre part. Il rappelle aux parties au conflit que les attaques ne doivent pas être dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil, tels que les maisons, les écoles et les structures médicales et véhicules sanitaires, ou contre d’autres objets indispensables à la survie de la population civile, tels que des installations de stockage de vivres et de distribution d’eau potable. De même, chaque partie au conflit doit, dans la mesure du possible, éviter de placer des objectifs militaires à l'intérieur ou à proximité de zones densément peuplées.

 

Informations complémentaires :
Andre Loersch, CICR Kiev, tél. : +380 671 182 481
Victoria Zotikova, CICR Moscou, tél. : +7 495 626 5426 ou +7 903 545 3534
Anastasia Isyuk, CICR Genève, tél. : +41 22 730 30 23 ou +41 79 251 93 02